Abulfatah Akram Sayeed

Abulfatah Akram Sayeed (“ Akram ”) a grandi dans ce qui est maintenant le Bangladesh et qualifié Dhaka Medical College en 1958. Après avoir poursuivi sa formation professionnelle aux Etats-Unis, il rejoint le département des yeux de Leicester Royal Infirmary en 1961 pour suivre une formation en chirurgie ophtalmique. Cependant, en 1963, il a pris un certain travail de suppléance et, en quelques semaines, s’est rendu compte que la pratique générale était sa vocation. Dans ses propres mots, il a trouvé une satisfaction professionnelle profonde dans la recherche du ‘ ensemble ’ personne plutôt que juste une paire d’yeux. ” Il devint ainsi l’un des premiers omnipraticiens asiatiques à Leicester et, l’année suivante, il commença sa propre pratique générale à partir de zéro, où il travailla comme partenaire principal pour les 40 prochaines années. Après sa retraite, le Eastern Leicester Primary Care Trust a rebaptisé ses anciens locaux de pratique en tant que centre médical Sayeed en reconnaissance de ses longs et dévoués services aux soins primaires. La Race Relations Act 1968 a créé la Community Relations Commission, chargée d’encourager une communauté harmonieuse. relations en Grande-Bretagne amnésie. Akram a été membre de ce corps pendant toute la durée de son existence et, en 1976, il a été nommé OBE en reconnaissance de ce service. Il était également membre fondateur et président national des Overseas Doctors ’ Association (maintenant connue sous le nom de British International Doctors & Association) et a siégé au Conseil général de l’optique, au Conseil médical général et au Comité des services médicaux généraux de BMA. Il a été président de la division de Leicester de la BMA de 1994 à 1995 et a reçu la bourse de la BMA en 1995. À partir de 1980, il a aidé les collèges médicaux du Bangladesh à obtenir la reconnaissance du Conseil médical général pour que leurs diplômés serait admissible à passer le test du Conseil des évaluations professionnelles et linguistiques. Jusqu’à la toute fin de sa vie, il a participé aux efforts de soutien aux victimes des catastrophes naturelles au Bangladesh. Plus particulièrement, il a aidé à mettre en place un projet d’entraide communautaire dans le district de Pekua de Bazar, au Bangladesh. Pendant sa retraite, il a perdu la vue. Cependant, cela ne l’a pas empêché de reprendre son intérêt passé pour l’écriture et le journalisme, qu’il avait d’abord développé alors qu’il était étudiant au Dhaka Medical College, où il avait été élu secrétaire littéraire des étudiants ’ syndicat. De 2004 à 2007, il a publié trois volumes d’essais, deux romans bengalis et son mémoire In the Shadow of My Taqdir. A cause de son aveuglement, tous ces livres ont été écrits par dictée. Il est décédé le 18 janvier 2008 alors qu’il était en vacances au Bangladesh. Il laisse une femme, Hosneara; trois enfants; et six petits-enfants.